Last Updated: Tuesday, 06 June 2023, 11:08 GMT

Trinité-et-Tobago : information sur le Jamaat al muslimeen (JAM), y compris sur ses activités politiques et criminelles, et la violence commise par ses membres; la réaction de l'État (2010-février 2016)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Publication Date 14 March 2016
Citation / Document Symbol TTO105454.EF
Related Document(s) Trinidad and Tobago: Information on the Jamaat al muslimeen (JAM), including political and criminal activities, and violence perpetrated by members; state response (2010-February 2016)
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Trinité-et-Tobago : information sur le Jamaat al muslimeen (JAM), y compris sur ses activités politiques et criminelles, et la violence commise par ses membres; la réaction de l'État (2010-février 2016), 14 March 2016, TTO105454.EF, available at: https://www.refworld.org/docid/57dfa2024.html [accessed 6 June 2023]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa

1. Aperçu

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches a trouvé peu de renseignements sur le JAM. Selon la Jamestown Foundation, le JAM [traduction] « n'est plus que l'ombre de ce qu'il a déjà été » (Jamestown Foundation 5 juill. 2010). Des sources affirment que le JAM s'est scindé (Oliveira et Aviles juin 2012, 26) ou fractionné (VICE News 30 mai 2014), et qu'il ressemble plutôt à une organisation criminelle depuis quelques années (ibid.; Jamestown Foundation 30 juill. 2009; Oliveira et Aviles juin 2012, 20). D'après un rapport publié par la Jamestown Foundation en 2009, le JAM se livre aux activités suivantes : des exécutions [traduction] « dignes de la pègre », le trafic de stupéfiants et d'armes, le blanchiment d'argent, des actes d'extorsion et des enlèvements (30 juill. 2009). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens, ni aucun renseignement additionnel, y compris en ce qui a trait aux activités récentes du JAM. Pour de plus amples renseignements sur l'histoire du JAM, y compris la tentative de coup d'État en 1990, veuillez consulter la réponse à la demande d'information TTO33947.

1.1 Activités politiques

Selon des sources, le JAM se livre à [traduction] « des actes de brutalité politique » (The Daily Beast 15 oct. 2014) ou à [traduction] « la corruption politique » (Jamestown Foundation 30 juill. 2009). D'après des sources, Yasin Abu Bakr a fondé le Parti de la vision nationale (National Vision Party - NVP) en 1994 (Oliveira et Aviles juin 2012, 17; PHW 2015, 1476) et a contesté les élections de 2010 sous la bannière de la Nouvelle vision nationale (New National Vision - NNV) (ibid.). La NNV est souvent désignée comme étant [traduction] « le bras politique » du JAM (Oliveira et Aviles juin 2012, 17). D'après le Political Handbook of the World (PHW), la NNV a obtenu 0,27 p. 100 des voix aux élections de 2010 à Trinité-et-Tobago (2015, 1476). De même, dans les Country Reports on Human Rights Practices for 2010 publiés par le Département d'État des États-Unis, on peut lire dans le rapport consacré à Trinité-et-Tobago que, aux élections de 2010, la NNV [traduction] « a recueilli peu de votes et n'a remporté aucun siège » (É.-U. 8 avr. 2011, 9). Des sources affirment que la NNV est dirigée par Fuad Abu Bakr (Trinidad and Tobago's Newsday 11 juill. 2015; Caribbean News Service 11 juin 2015), le fils de Yasin Abu Bakr (Daily Express 4 mai 2010).

D'après un rapport de 2010 de la Jamestown Foundation, [traduction] « le JAM demeure une force active dans la société et la vie politique trinidadiennes sous la direction de Yasin Abu Bakr » (Jamestown Foundation 5 juill. 2010). Il ressort d'une thèse de maîtrise sur les capacités du JAM et la menace qu'il pose, présentée à l'École navale supérieure (Naval Postgraduate School) à Monterey (Californie), que [traduction] « l'allégeance politique [envers l'organisation] est faible » et que le JAM « ne parvient pas à gonfler ses rangs » et « n'a pas réussi à étendre son influence » (Oliveira et Aviles juin 2012, 37). Dans une entrevue avec Yasin Abu Bakr, VICE News, une agence d'information internationale qui présente [traduction] « des reportages inédits de partout dans le monde » (VICE News s.d.), signale que [traduction] « son pouvoir a diminué » et qu'il « se contente de […] rester les bras croisés », en prédisant que le gouvernement de Trinité-et-Tobago tombera naturellement dans l'anarchie en raison des taux élevés de criminalité et de corruption (VICE News 30 mai 2014). De même, dans un article de 2015 paru dans le Trinidad Guardian Newspaper, on mentionne que Yasin Abu Bakr [traduction] « a fait tout ce qu'il pouvait pour rester à l'écart des projecteurs de la scène politique pendant si longtemps » (21 juill. 2015).

2. Réaction de l'État

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches a trouvé peu d'information sur la réaction de l'État au JAM. Des sources affirment que le dirigeant du JAM a été arrêté le 21 juillet 2015 dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de la sénatrice Dana Seetahal, survenu en mai 2014 (Caribbean News Now 21 juill. 2015; The Trinidad Guardian Newspaper 21 juill. 2015). D'après le Trinidad Guardian Newspaper, huit autres membres du JAM ont été arrêtés (ibid.). Dans un article paru le 22 juillet 2015, le Daily Express, un journal de Port of Spain, a signalé que Yasin Abu Bakr et Imam Hassan Ali avaient été libérés (22 juill. 2015). La même source précisait qu'ils faisaient partie d'un groupe de onze personnes qui avaient été arrêtées la veille et interrogées au sujet du meurtre de Dana Seetahal (ibid.). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucun renseignement additionnel sur les résultats de l'enquête.

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucun renseignement additionnel sur les réactions de l'État au JAM. Pour des renseignements sur les efforts déployés par le gouvernement pour lutter contre la criminalité, y compris le crime organisé, et sur la protection offerte par l'État, y compris son efficacité, veuillez consulter la réponse à la demande d'information TTO104750.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Caribbean News Now. 21 juillet 2015. « Leader of Attempted Coup in Trinidad Detained by Police in High-profile Murder Investigation ». [Date de consultation : 29 févr. 2016]

Caribbean News Service. 11 juin 2015. « Abu-Bakr's NNV to Contest All 41 Seats in Upcoming Election ». [Date de consultation : 4 mars 2016]

The Daily Beast. 15 octobre 2014. Michael Daly. « ISIS Has a Bigger Coalition Than We Do ». [Date de consultation : 29 févr. 2016]

The Daily Express. 22 juillet 2015. Susan Mohammed. « Abu Bakr Released ». [Date de consultation : 4 mars 2016]

_____. 4 mai 2010. « 12 Candidates for New National Vision ». [Date de consultation : 4 mars 2016]

États-Unis (É.-U.). 8 avril 2011. Department of State. « Trinidad and Tobago ». Country Reports on Human Rights Prcatices for 2010. [Date de consultation : 4 mars 2016]

The Jamestown Foundation. 5 juillet 2010. « Trinidad's Troubling Islamist Yasin Abu Bakr ». [Date de consultation : 29 févr. 2016]

_____. 30 juillet 2009. Chris Zambelis. « Jamaat al-Muslimeen: The Growth and Decline of Islamist Militancy in Trinidad and Tobago ». [Date de consultation : 29 févr. 2016]

Oliveria, Brandon et Darby Aviles. Juin 2012. Naval Postgraduate School. « Disrupting Emerging Networks: Analyzing and Evaluating Jamaat Al-Muslimeen (JAM) and the Development of an Extremist Threat in the Caribbean ». [Date de consultation : 1er mars 2016]

Political Handbook of the World (PHW). 2015. « Trinidad and Tobago ». [Date de consultation : 29 févr. 2016]

The Trinidad Guardian Newspaper. 21 juillet 2015. Derek Achong. « Abu Bakr, Jamaat Members Held…Families in Dark ». [Date de consultation : 29 févr. 2016]

Trinidad and Tobago Newsday. 11 juillet 2015. Sean Douglas. « Fuad Abu Bakr Challenges Rowley ». [Date de consultation : 4 mars 2016]

VICE News. 30 mai 2014. Danny Gold. « The Islamic Leader Who Tried to Overthrow Trinidad Has Mellowed…a Little ». [Date de consultation : 29 févr. 2016]

_____. S.d. « About VICE News ». [Date de consultation : 4 mars 2016]

Autres sources consultées

Sources orales : chercheur universitaire supérieur, University of Trinidad and Tobago; Human Rights Law Clinic, Hugh Wooding Law School; professeur d'histoire et d'études internationales, Trinity College.

Sites Internet, y compris : Amnesty International; British Broadcasting Corporation; ecoi.net; États-Unis - Department of State; Factiva; Freedom House; Human Rights Watch; International Crisis Group; Jane's Intelligence Review; Jane's Terrorism Watch Report; Nations Unies - Conseil des droits de l'homme, Refworld; Trinidad and Tobago Transparency Institute.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld